Ghost  Lady T01

Ghost Lady T01

Fujita, Kazuhiro

Ki-oon

  • par (Libraire)
    8 novembre 2017

    Un récit d'aventure, inspiré de faits historiques, rempli de passions !

    “Ombres que nous sommes, si nous avons déplu, figurez-vous seulement (et tout sera réparé) que vous n’avez fait ici qu’un somme tandis que ces visions vous apparaissaient.”
    [Le Songe D’une Nuit d’Été - William Shakespeare]

    Après le très sympathique Springald, le Black Museum rempile pour nous relater le récit exceptionnel d’une femme exceptionnelle : Florence Nightingale, qui a révolutionné l’univers médical au 19ème siècle.

    Le théâtre de Drury Lane a la réputation d’être hanté. Un homme vêtu de gris apparaîtrait durant les premières représentations de pièces à succès. Ce fantôme répondant au sobriquet de Grey n’aspire en fait qu’à la quiétude des âmes l’entourant, âmes apaisées durant un spectacle de qualité. Sa surprise est donc grande le soir où une jeune femme se présente devant lui, consciente de sa présence et capable de dialoguer avec lui. Florence Nightingale le supplie de mettre fin à sa vie, son âme étant torturée au plus haut point par des visions de monstres posés sur les épaules des gens. Grey va finir par accepter le marché, mais passionné de drames classiques, il va émettre une condition : Florence n’est, à ses yeux, pas encore assez désespérée. Il ne la tuera qu’une fois qu’il ne lira dans son regard plus le moindre éclat d’espoir. Le fantôme va alors suivre Florence dans une destinée incroyable, entre lutte des classes, lutte pour l’indépendance des femmes, mise en place des méthodes modernes de soin infirmier et découverte des horreurs de la guerre.

    Kazuhiro Fujita est fou. En tout cas, c’est ce que ses œuvres peuvent laisser transparaître. Son dessin très particulier est aussi fouillé qu’original, son trait aussi maîtrisé que fuyant, ce qui peut provoquer une aversion pour qui ne fait pas l’effort d’accepter ce style si peu académique. Pourtant, ce serait renoncer bien vite à un auteur à l’imagination fertile et aux histoires fascinantes, bien moins fou qu’on ne pourrait le croire.

    Pour preuve, prendre la biographie de la première infirmière moderne et y rajouter une pointe de fantastique et de romance, quelle idée ! Le duo Grey-Florence est merveilleusement attachant, Fujita respecte scrupuleusement les événements majeurs de la vie de Nightingale, quitte à les passer sous forme de métaphore (le monstre sur ses épaules représente la dépression qui la hante depuis toute petite, la persuadant de l’inutilité de son existence, et la forçant à se plonger dans le travail pour ne pas sombrer), nous dépeint le 19ème avec beaucoup de justesse, et les catastrophes que peuvent provoquer l’abus d’administration, l’apathie des puissants, le patriarcat, l’égoïsme, la cupidité et la jalousie. Portrait d’une société pas forcément si éloignée de la nôtre et de nos scandales actuels.

    Instructif, dense, puissant, rendant hommage à une personnalité féminine iconique, Ghost & Lady est un incontournable.